L’alternative de la tierce maintenance : Un bref aperçu

L’objectif de ce post est d’accomplir deux choses :
Présenter une large compréhension de la nature et des aspects des dépenses de maintenance des logiciels.
Présenter l’alternative TPM (Third Party Maintenance), ses principaux fournisseurs et sa clientèle existante.

Voici quelques-unes des conclusions les plus importantes :
Chaque année, les dépenses de maintenance peuvent représenter jusqu’à la moitié des dépenses globales en logiciels.
La maintenance tierce (3PM) devient de plus en plus populaire parmi les petites et grandes organisations en raison de l’augmentation des dépenses de maintenance.
Pour l’instant, les services de 3PM sont principalement proposés pour les applications Oracle et SAP.
Les fournisseurs de 3PM affirment qu’ils peuvent économiser entre 50 % et 90 % sur les dépenses de maintenance par rapport aux frais des fournisseurs de logiciels.
Parmi les clients de Rimini Street figurent certaines des plus grandes entreprises du monde.
Le fait d’utiliser la maintenance tierce partie comme une option ouverte dans l’accord contractuel peut constituer un puissant outil de négociation face au fournisseur de logiciels.

Cycle de vie des licences et du support des logiciels

Les cycles de vie des licences pour chaque logiciel peuvent être décrits.
Il y a trois étapes distinctes :

  • le paiement du programme par une tierce partie
  • la possibilité d’utiliser et de mettre à jour le programme
  • la suppression du programme du système.

Outre la durée de vie de la licence, il y a aussi le cycle de vie du support logiciel. En règle générale, l’acheteur devra également payer la maintenance et le support du programme. Ainsi, l’utilisateur est en droit d’obtenir un soutien opérationnel, des réparations, des correctifs et des mises à niveau mineures.

Il en coûte 18 à 22 % du prix initial de la licence, plus l’inflation, pour que l’assistance SAP fournisse ce niveau de service chaque année. Chaque année, l’assistance est automatiquement renouvelée pour une certaine période (généralement 5 ans). Les contrats de maintenance sont souvent renouvelés pour quelques années supplémentaires (généralement deux) au prix de la maintenance d’origine, plus un coût supplémentaire lorsque l’assistance expire (environ 5 %). À l’issue de la période d’assistance prolongée, le fabricant de logiciels ne fournira plus d’assistance supplémentaire pour la version obsolète de son produit. Le vendeur propose alors un nouveau logiciel ou une mise à jour.

Après une certaine période, l’utilisateur du programme doit faire un choix. Il a trois possibilités :

  • Sans le soutien du fournisseur, il peut continuer à utiliser le produit.
  • Ce logiciel est entre ses mains.
  • Il a la possibilité de payer pour mettre à jour le programme vers une version plus récente afin de pouvoir bénéficier de l’assistance qui l’accompagne (le cycle recommence).

TCM et TCO

Des dépenses directes et indirectes sont associées à l’acquisition de logiciels. Le coût total de possession (TCO) permet de calculer les coûts liés à la durée de vie d’un logiciel. Il comprend le coût d’achat et de déploiement du logiciel, ainsi que le coût de sa maintenance et de sa mise à niveau. Le coût total de possession (TCO) comprend les frais de service (tels que le conseil, la formation, etc.) associés à la maintenance du logiciel et les dépenses d’exploitation quotidiennes. Le coût de la seule licence du logiciel est évidemment modeste par rapport au coût total de possession.

  Qu'est-ce que le benchmarking UX

Des études sectorielles indiquent que les dépenses de maintenance représentent jusqu’à 60 % du coût total de possession (TCO). On peut décomposer les différentes parties du TCO (coût total de maintenance) ;

  • Les frais d’assistance annuels du fournisseur sont inclus dans le prix de l’abonnement annuel (par exemple, pour SAP : 18 à 22 % du coût de la licence).
  • Mise à niveau sous la contrainte après l’expiration de la durée de vie du support.
  • Les codes personnalisés font l’objet d’un coût supplémentaire.

Le TCO et le TCM ont évolué au cours de la dernière décennie, comme le montre le graphique ci-dessous. Les données ne se rapportent pas à une entreprise particulière. Voici les principaux présupposés :

  • Le coût d’une première licence est de 1 million d’euros.
  • Les frais de maintenance annuels sont de 20 %, ce qui représente un total de 200 000 euros.
  • Prolongation de cinq ans du support avec une augmentation de 5% des frais de maintenance
  • Après huit ans, un changement majeur du logiciel est prévu.
  • Deuxième et troisième années après les premiers déploiements et mises à niveau, la mise en œuvre des modifications.

Le coût global qu’une entreprise doit supporter pendant un certain temps ne comprend pas les seules dépenses de maintenance. En revanche, les dépenses annuelles de maintenance représentent, au bout de cinq ans, le prix d’achat initial de la licence, soit 1 million d’euros. La maintenance est la dépense la plus importante. Elle peut représenter jusqu’à 80 % des dépenses en logiciels sur une base annuelle.

Même si aucun nouveau logiciel n’est vendu, des entreprises comme Oracle et SAP peuvent encore gagner de l’argent grâce au flux continu des frais de maintenance. Les fournisseurs ont désormais le monopole du support et de la maintenance des produits sur le marché. En raison de ces changements, ils ont fait évoluer leurs sources de revenus des produits vers les services, y compris la maintenance. Les paiements récurrents au titre de la maintenance ont très probablement dépassé les revenus tirés de la vente de nouveaux produits. La pratique de l’externalisation et/ou de l’automatisation de l’assistance logicielle afin de réaliser des économies a encore renforcé cette tendance.

15 heures

Introduction

La maintenance représentant plus de la moitié du coût total de possession (TCO), l’achat d’une assistance auprès d’un fournisseur 3PM peut s’avérer plus rentable pour les clients de logiciels dans certaines circonstances. Une quatrième option est disponible :

Seth Ravin a eu l’idée de fournir un support pour les applications tierces à la fin des années 1990. C’est son travail chez PeopleSoft qui a fait germer ce concept. Le conseil d’administration a autorisé M. Ravin à proposer subrepticement aux clients un forfait d’assistance supplémentaire en plus des frais de maintenance habituels, afin de leur permettre de continuer à utiliser les éditions précédentes du logiciel. À la suite de cette expérience, Ravin a décidé de créer sa propre entreprise pour assurer la maintenance et le support des logiciels hérités qui ne sont plus pris en charge par le développeur d’origine. Sa société s’adressait aux entreprises clientes de logiciels qui ne voulaient ou ne pouvaient pas passer à des versions plus récentes et plus coûteuses de leurs logiciels en raison des coûts et des difficultés que cela impliquait. L’objectif était de fournir une assistance et des corrections d’applications à moindre coût aux clients existants.

  Référencement naturel Antibes : les meilleures astuces pour booster votre site web !

TomorrowNow, une société que Seth Ravin a cofondée en 1998 pour offrir un support logiciel tiers, a été la première du genre. Le support et l’entretien des systèmes Oracle étaient fournis à un prix réduit par TomorrowNow. Oracle a intenté un procès à TomorrowNow pour téléchargements non autorisés à partir du site de support d’Oracle, ce qui a donné lieu à une dure bataille judiciaire, qui s’est soldée par la vente de l’entreprise à SAP en 2005. En 2008, tout s’est arrêté.

Rimini Street, créée en 2005 par Seth Ravin, est le fournisseur tiers de services de support et de maintenance de logiciels d’entreprise privilégié des détenteurs de licences Oracle et SAP. Le siège de la société se trouve à Las Vegas. Les grandes, moyennes et petites entreprises des secteurs public et privé sont toutes desservies par cette société. Yum Brands, Deutsche Post/DHL, Petco, PetSmart, Alcatel-Lucent, National Grid et EDF Plc ne sont que quelques-uns de nos clients (Source : site Web de Rimini Street). Plus de 60 nations sont desservies par les services de Rimini Street. L’assistance à l’installation et à la mise à niveau, la documentation et les correctifs pour la personnalisation sont tous inclus dans le service standard de Rimini.

Le récit du triomphe de Rimini Street n’est pas sans faille. En janvier 2010, Oracle a intenté un procès à Rimini Street, affirmant que l’entreprise avait le même “modèle commercial corrompu” que TomorrowNow. Mais M. Ravin est optimiste quant au respect par Rimini Street des conditions des contrats de licence Oracle de ses clients. Il ajoute que la société est prête à affronter Oracle devant les tribunaux si cela s’avère nécessaire. Le sort de l’affaire n’a pas encore été déterminé, mais si Rimini Street gagne, ce serait une victoire majeure pour le marché de 3PM.

Spinnaker Support (PDG : Matt Stava), qui propose des services d’assistance et de conseil aux tiers pour les logiciels SAP et JD Edwards d’Oracle, est le principal rival de Rimini Street. Un fournisseur de maintenance tiers pour JD Edwards, Versytec, a été racheté par l’entreprise en mars de la même année. Nous avons des bureaux en Amérique du Nord, en Europe, au Moyen-Orient/Afrique, dans la région EMEA et en Asie-Pacifique. Stanley Electric US Co, ACO Produits Polymères, Filix Products, Kellstrom Industries, BAE Systems ne sont que quelques-unes des entreprises qui ont travaillé avec nous (site Web de Spinnaker Support).

  Comment créer un site vitrine efficace en quelques étapes

BCSynergy (Malaisie) et ITelligence (Italie) sont deux fournisseurs mineurs de 3PM qui proposent des fonctionnalités SAP (Allemagne). Oracle PeopleSoft, JD Edwards et Siebel sont pris en charge par NetCustomer, tandis que les applications commerciales basées sur IBM System i sont prises en charge par Precision Solutions Group Inc. CedarCrestone (PeopleSoft) et Systime sont deux autres prestataires de services (JD Edwards).

3PM est de plus en plus populaire.

Big ERP suppliers recognize that 3PM exists, but they feel that their clients will stick with them and keep upgrading because of their desire for new features and functionality. Litigation against 3PM service providers, on the other hand, demonstrates that suppliers are uneasy about the growth of the 3PM sector.

 L'alternative de la tierce maintenance : Un bref aperçu

Conclusion

Vers la fin de la durée de vie d’un logiciel, les utilisateurs peuvent conclure que le coût de la mise à niveau de leur version actuelle du logiciel afin de maintenir leur programme à jour dépasse tous les avantages potentiels. Dans le passé, la seule façon de continuer à bénéficier de la maintenance du fournisseur était de subir les tracas et les coûts d’une mise à jour forcée. 3PM peut être une possibilité pour ces utilisateurs de logiciels.

Le fait que l’utilisateur du logiciel soit conscient de l’option de passer à 3PM peut augmenter le pouvoir de négociation du fournisseur. Selon les experts et les initiés du secteur, il serait judicieux d’inclure dans l’accord de licence et de maintenance avec le fournisseur une clause permettant de passer à la 3PM à l’avenir.

En ce qui concerne les logiciels d’entreprise, Sia Partners suggère ce qui suit :

  • 3PM est une alternative pour les éléments logiciels fiables et moins importants qui peuvent être étudiés par les fournisseurs 3PM. De cette façon, les éléments opérationnels, contractuels et juridiques peuvent être mieux compris (y compris les principaux risques).
  • Lorsque les paiements de maintenance sont dus, permettre aux clients de passer à un fournisseur 3PM (cela implique la condition que la maintenance ne soit pas automatiquement renouvelée chaque année).

La 3PM est une activité nouvelle, et ce nouveau service présente donc encore des caractéristiques naissantes. Les procès intentés aux fournisseurs de 3PM par les fabricants de logiciels ont ralenti l’adoption du 3PM, bien qu’il soit largement admis qu’une bonne conclusion pour les fournisseurs de 3PM stimulera cette nouvelle industrie.