Le positionnement d’une page web par les moteurs de recherche joue un rôle important dans sa visibilité. Mieux encore, il impacte considérablement le trafic du site. Toutefois, tout cela dépend de la pertinence du contenu de vos pages et du respect de certains critères de référencement. Alors, comment écrire mieux pour le web ? Combien de mots doit contenir un article web de qualité ? Éléments de réponse.

Choisir le mot clé principal

Avant même de vous lancer dans la rédaction de l’article web destiné à être publié sur une plateforme, il est utile de déterminer le mot clé principal. Il doit en toute logique être en rapport avec le sujet de l’article. Il est essentiel d’avoir une thématique par page ce qui équivaut à une requête principale (RP) par page.

Il faut veiller à ce que la requête principale soit la moins concurrentielle possible. En d’autres termes, pour un site qui est à ses débuts, il faudra éviter les RP trop larges. Toutefois, il est désormais possible d’optimiser un site sur plusieurs mots clés principaux.

Vous devez ensuite trouver environ 5 mots clés secondaires par requête principale. En effet, il est important d’avoir un champ lexical très riche. Néanmoins, les requêtes secondaires ne sont pas une variante de la requête principale, mais des mots de la même famille.

Découvrez tout ce qu’il vous faut pour enrichir votre vocabulaire et vous aider à produire un meilleur contenu et l’optimiser grâce à Ghost Writer

La structuration du texte

Pour être bien référencée, la page web doit présenter un contenu bien structuré. L’algorithme de Google est un outil très puissant et mis à jour régulièrement. Il prête d’ailleurs une attention particulière aux « zones chaudes » des articles publiés sur le web. En d’autres termes, il s’agit des parties de l’article où les mots clés ont le plus d’impact.

Parmi les « zones chaudes » d’un texte, on retrouve :

  • Le titre H1: ici, le mot clé principal doit être placé au début du titre. En outre, il est préférable d’éviter la forme interrogative. Le risque dans ce cas de figure est de voir Google récupérer le contenu pour le placer dans les SERP, ce qui fait perdre un trafic non négligeable au site sur lequel l’article est publié.
  • Les balises H2 en tant que sous-titres : il est important d’y insérer le plus possible et sans surcharger une variante du mot clé principal ou un mot clé secondaire. Il faut noter qu’une variante de mot clé est différente d’un synonyme.

La densité des mots clés

La qualité de votre contenu web dépend en grande partie de la densité du mot clé principal. Il doit en principe figurer tous les 100 mots c’est-à-dire que si l’article est de 600 mots, le mot clé principal doit figurer six fois. Aussi, pour une meilleure visibilité du mot clé vous pouvez le mettre en gras.

Quant aux mots clés secondaires, ils doivent également apparaitre plusieurs fois dans le texte tout en veillant à ne pas suroptimiser le texte.