design interactif

La conception de l’interaction dans le design interactif

La conception d’interfaces a-t-elle déjà figuré sur votre liste de sujets que vous aimeriez apprendre ? Dans cet article, nous allons définir ce qu’est un concepteur d’expérience utilisateur et un concepteur d’interface. Nous aborderons également cinq aspects de la conception d’interface.

Qu’est-ce que le design d’interaction, et en quoi diffère-t-il des autres types de design ?

Lorsqu’il s’agit de l’expérience globale de l’utilisateur, le design d’interaction concerne la manière dont un système et son utilisateur interagissent l’un avec l’autre. Les concepteurs spécialisés dans l’expérience utilisateur et le design d’interaction peuvent réellement collaborer dans certains cas. Le concepteur d’interface d’une entreprise, quant à lui, se préoccupe davantage de la manière dont un système et ses utilisateurs interagissent entre eux. Examinons de plus près les différences entre les deux.

Afin d’établir des liens significatifs entre les utilisateurs et les biens qu’ils utilisent, un designer d’interaction (IxD) crée la structure et le comportement des systèmes interactifs.

Le designer d’expérience utilisateur (UXD) s’intéresse aux utilisateurs et à leurs interactions avec un produit. Un objectif supplémentaire d’un designer d’expérience utilisateur (UX) est de créer des interactions mémorables entre les utilisateurs et les produits qu’ils utilisent.

Que font réellement les concepteurs d’interfaces ?

Prenons un exemple concret : les assistants virtuels à commande vocale (AV). Les concepteurs d’expérience utilisateur et les concepteurs d’interaction s’intéresseraient tous deux à la manière dont Siri, Alexa ou Cortana interagissent avec un utilisateur s’ils travaillaient ensemble sur le projet. Un concepteur d’interface, quant à lui, prêterait attention au son de la voix. Les designers d’interaction se posent souvent ces questions :

  • Quel est le comportement de l’assistant ? Heureux, triste, sérieux ou excentrique ?
  • Comment est la voix de l’assistant ? Est-elle féminine ou masculine ? Ou ressemble-t-il à un robot ?
  • Assistant : Comment vous adressez-vous à l’individu ?
  • Y a-t-il un nom pour lui ?
  • Je ne sais pas comment il réagit aux réponses.
  • Est-ce que c’est positif ?
  • Est-il partial ou objectif ?
  • Outre les commandes vocales, existe-t-il un moyen pour les utilisateurs d’interagir avec le système via des boutons à l’écran ?
  • En cas d’incident, que se passe-t-il ensuite ?
  • Si un utilisateur est déconnecté d’Internet, le gadget peut-il encore répondre ?
  • La question de savoir si cette aide améliore la qualité de vie de l’utilisateur reste ouverte.
  • Est-il clair pour les utilisateurs novices que cet assistant est une intelligence artificielle (IA) ?

Ce que nous avons vu ici, c’est que ces préoccupations et choix de conception concernent surtout les interactions et pas tellement l’expérience globale de l’IA.

C’est un problème courant pour un designer d’expérience utilisateur travaillant sur le même projet :

  • Quelle est la taille physique de l’appareil ?
  • Quelle est la procédure d’installation par un utilisateur ?
  • Dans l’emballage, il devrait y avoir un ensemble d’instructions.
  • Quel type d’application est fourni avec l’appareil ?
  • Y a-t-il un moyen de savoir si le gadget est utilisé ?
  • Y a-t-il un moyen d’interagir avec les boutons ?
  • Peut-on voir quelque chose sur l’écran ?
  • Que se passe-t-il si l’utilisateur ne parvient pas à configurer correctement l’appareil ?
  • En l’absence de connexion Internet, que se passe-t-il ?
  • L’appareil est sans fil et compatible Bluetooth, n’est-ce pas ?
  • Il est important de savoir à quoi ressemble cet élément dans son environnement.

Vous pouvez constater que ces questions portent davantage sur l’expérience globale du gadget et moins sur sa technologie sous-jacente. Même si ces choix ont un effet sur le système, ils ne sont pas directement liés à la façon dont le système interagit.

Les banques, les systèmes de point de vente, les kiosques d’avion, les logiciels d’apprentissage et Microsoft Word ne sont que quelques exemples de systèmes où la conception d’interface est utilisée.

Le design d’interaction englobe un large éventail d’aspects divers.

Gillian Crampton Smith, pionnière du design d’interaction et auteur, a développé quatre domaines de concentration pour mieux comprendre le design d’interaction. Voici les aspects qu’elle présente dans Designing Interactions :

  1. Mots
  2. Représentations par l’utilisation d’images
  3. Objets du monde réel
  4. Temps

Kevin Silver, d’Idexx Labs, a introduit un cinquième facteur : le comportement. Tout ce qui arrive à un utilisateur dans le système, ainsi que ce que le système produit en conséquence, peut être résumé par ces cinq dimensions.

Il ne doit y avoir aucune ambiguïté dans le langage utilisé pour transmettre les idées. Elles doivent être claires et concises afin d’éviter toute confusion ou désorientation pour l’utilisateur.

Les aides visuelles enrichissent le texte écrit. Les graphiques, les images et les icônes sont tous inclus dans cette catégorie. Les représentations visuelles, comme les mots, doivent être utiles mais pas écrasantes : le fourre-tout pour tout sauf le texte…

La méthode d’entrée ou le matériel est appelé « objets physiques » ou « espace ». Avec quoi l’utilisateur se connecte-t-il sur le plan physique ? Il existe une grande variété de types d’écrans tactiles. Dans quel environnement l’utilise-t-il ? Quand il se rend au travail ? Non, je suis à la maison. À une grande table ? Dans un environnement tendu comme un aéroport, comment vous sentiriez-vous ? Tous ces aspects jouent un rôle dans les bonnes interactions entre l’utilisateur et le matériel.

L’interaction d’un utilisateur avec les trois premières dimensions se mesure en termes de temps. Par exemple, l’approche d’un appareil ou d’une procédure d’enregistrement censés être réalisés en 30 secondes sera très différente de celle d’un logiciel professionnel que vous utilisez plusieurs heures par jour. Comment un utilisateur peut-il garder trace de ses réalisations ? Faut-il que ce soit si simple et direct que n’importe qui puisse se présenter, s’enregistrer et partir sans effort ?

La façon dont un utilisateur se comporte et se sent lorsqu’il interagit avec une conception est appelée « comportement ». Que font-ils lorsqu’ils sont sur le site ? Il est difficile de dire s’ils sont excités et joyeux en même temps. Le travail a-t-il été accompli de manière satisfaisante ou n’a-t-il pas été accompli du tout ? Tous ces éléments contribuent au contexte de la conception. Sur la base de ces interactions, un concepteur peut créer les moyens par lesquels un utilisateur interagit avec le système.

L’importance des cinq dimensions du design d’interaction

Nous, concepteurs, sommes en contact avec nos consommateurs par le biais de produits, de logiciels, d’applications et de services. Les utilisateurs seront plus satisfaits si le matériel est plus concis et facile à comprendre. Il est important de penser à l’emplacement du produit et à la durée de son utilisation en utilisant le cadre des cinq dimensions. Les concepteurs peuvent être plus délibérés dans leur présentation de l’information avec ces informations à leur disposition.

Travaillez ensemble pour résoudre les problèmes sur le lieu de travail.

Dans le cadre du processus de conception, le brainstorming et le contrôle de l’inspiration peuvent être difficiles, en particulier lorsqu’on travaille en équipe.

En utilisant un tableau blanc numérique pour générer des idées, vous pouvez aider votre personnel à mieux appréhender les demandes de vos clients. Les tableaux à main levée permettent à votre équipe de travailler sur des cartes d’empathie, des maquettes filaires et des idées de conception. Dessinez vos propres idées ou apportez vos commentaires sur celles de quelqu’un d’autre. Que vous travailliez ensemble en temps réel ou non, cela n’a pas d’importance.

graphisme interactif